Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Liens

La page facebook du blog

Mes tableaux sur Pinterest

 

Blogs sur les costumes

Cortana, Costumes et corsets

Costumière hystérique

Couture Stuff

Couture urbaine

Loose threads : yet another costuming blog

Sarabandes

Sempstress 

Talons aiguilles et vieilles dentelles

Temps d’élégance

The Art of Clothes

 

Blogs de joueurs de GN

Caméléon Symphonique

Capharnaüm

Dans la tête de Liette

Electro GN

L’arbre creux

L’atelier épicé de Dame Cannelle

Les gobelins savent coudre

Merou’s blog

Mistress of disguise

O’Kryn Prod

Trame de fée, le costumier de Marah

 

Blogs de reconstitution

19th century costuming

A day in 1862

Adventures of a costumers (XVIIIe et XIXe siècles)

American duchess (du XVIe au XVIIIe et début XXe)

Arachne’s blog (Moyen Age, filage et cartons)

Art, beauty and well-ordered chaos (toutes périodes)

A stitch in time (Moyen Age)

Atelier Jugen (XIXe principalement)

Costume Diairies (toutes périodes)

Dentelles et satin (XVIIIe-XIXe)

Einarr & Sigarda Girbeson (viking)

Historical Personality Disorder (toutes périodes)

Idlewild illustré (XVIIIe-début XXe)

Katie Jacobs (XIXe)

Kleidung um 1800 (1795-1820)

La retourneuse de temps (XVIIIe-XIXe)

L’Atelier de Mathilde (Moyen Age)

L’atelier des Fontaines

Le dressing de Melle de l’Isle (XVIIIe)

Les reconstitutions d’Hémiole (Moyen Age)

Medieval silkwork

Mes essais de costume (de la Renaissance au début du XXe siècle)

Perline la tisserande (Moyen Age, tissage, cartons et filage)

Quand s’habiller devient une histoire… (Québec, XVIIe et XVIIIe siècles)

Racaire’s embrodeiry and needlework (Moyen Age)

Romantic history (principalement XIXe)

Such a eternal delight (de la Renaissance au XIXe)

The Couture Cortesan (XVIIIe et début XIXe)

The fashionable Past (de Marie Antoinette au XXe siècle)

The lady’s guide for re-enactress (XIXe)

The Story of a seamstress (XIXe, US)

Victorian times (XIXe, US)

 

Blogs de couture vintage

Elegant Musing

We sew retro

 

Blogs sur l’histoire de la mode

Femmes en 1900

Le costume dans tous ses états

Le costume historique

Les petites mains, histoire de la mode enfantine

OMG that dress !

 

Forums et communautés

La joieuse Aiguille

Les fées tisseuses

Ravelry

Thread and needles

 

Et  pour finir, un peu de cuisine (parce que c’est pas tout, mais qu’est-ce qu’on mange ?)

A la table de Gaëlle

A la table de L

Antigone XXI

Auntie Jo funny little kitchen

Chocolat etc.

Cléa Cuisine

La cuisine de Mercotte

Mais pourquoi est-ce que je vos raconte ça…

Recettes de conserve maison

 

Rechercher

29 avril 2008 2 29 /04 /avril /2008 20:48
    En réponse à une question postée sur mon blog d'annuaire sur le costume, qui d'ailleurs n'avance pas bien vite, je vous mets quelques informations sur les uniformes de la première guerre mondiale. Pas que ce soit ma spécialité, ni ma période de prédilection, loin de là mais j'ai quand même quelques idées, si ça peut vous servir.

    D'abord il faut bien voir que pour l'uniforme on peut diviser la guerre en deux parties : d'abord la guerre de mouvement et l'uniforme hérité du XIXe siècle qui est conservé pendant tout le début de la guerre de position, le temps qu'on se rende compte que les données avaient changées et qu'on adopte l'uniforme de la deuxième partie de la guerre, celui de la guerre de tranchées, de la guerre moderne.

    L'uniforme français de 1914 n'est pas du tout adapté, ni à l'été puisqu'on y meurt de chaud, ni à l'hiver puisqu'il ne protège presque pas du froid, ni, et c'est bien là le pire, à une situation de combat.
    L'élément le plus marquant est le fameux pantalon garance, du nom de la plante qui servait à sa teinture en rouge vif et qui était cultivé en France, dans le Vaucluse et les Bouches-du-Rhone. Il n'était pas du tout anodin d'avoir choisi cette couleur, particulièrement voyante, mais de production française. Evidemment ce pantalon faisait des soldats des cibles idéales pour les ennemis.
    En haut, le soldat portait une chemise blanche, une capote bleue et une cravate du même bleu.
    Sur la tête, un képi bleu et rouge, qui en temps de campagne peut être dissimulé par un drap bleu, pour mieux "camoufler" le soldat.
    Au pied, des bordequins, sorte de chaussures de marche épaisses et lourdes, portées avec des guêtres pour éviter que la terre rentre dans les chaussures du soldat qui doit ramper. Au contraire les Allemands portent des bottes.


    Bien sûr, vous vous rendez compte qu'entre le pantalon rouge et le képi en tissu, notre soldat n'est pas du tout équipé pour les tranchées. L'année 1915 va donc être riche de changement et d'amélioration pour l'uniforme français. on passera ainsi de l'uniforme garance à l'uniforme bleu horizon.
    Tout d'abord pour protéger les soldats des tirs de mortier, les képis sont remplacés par de casques métalliques ce qui diminue beaucoup le nombre de blessures à la tête.
    Ensuite le pantalon rouge est abandonné au profit d'un pantalon marron puis bleu.
    La capote est d'abord fermé bord à bord pour économiser le tissu mais cela a des répercussions sur la santé des soldats et on reprend le modèle de capote croisé.


    Je finis avec une image de soldat allemand en 1916. Sans commentaire, parce que je n'y connais rien, mais ça vous donne une idée.

Partager cet article

commentaires

Lorelyn7 17/01/2009

Merci pour ces précisions. Comme je le dis dans le post l'histoire militaire n'est pas ma spécialité.

art 25/03/2010


Ma grand-mère était française.Je suis americain. Il ya quelques photos de famille, mais j'en ai un d'un soldat français. Pouvez-vous me renseigner sur le soldat?


art 25/03/2010


Excusez-moi. Ici est la site avec la image http://graffigny.blogspot.com/.


Le mari ! 01/04/2010


Bon, j'ai regardé votre photo. Je peux identifier clairement deux des médailles portées par votre ancêtre. La plus à gauche est la Croix de Guerre 14-18. La plus à droite est la Médaille Militaire
14-18.
D'après la liste des médaillés de la Première Guerre Mondiale, il y a eu 6 Chevallier décorés dignes des médailles de la photo. Vous pouvez trouver la liste ici:
http://jeanluc.dron.free.fr/th/thliste.txt
La 3e médaille en partant de la gauche pourrait bien être la médaille des blessés.
Concernant l'unité, il porte le calot du 309e régiment d'infanterie, ce qui nous donne une date précise pour la photo: le 309e a été incorporé en aout 1914 et dissous en juin 1916. D'autre part la
Croix de guerre de la Première Guerre mondiale a été instituée en avril 1915. Donc la photo date d'avril 1915 à juin 1916, ou un peu après s'il n'avait pas de nouvelle affectation à ce moment
là.
Sans aller plus loin, voilà les éléments que je peux vous donner.


Le mari ! 01/04/2010


Révélation fracassante: j'ai identifié une autre médaille et cela remet en cause la datation. Je me disais bien que j'avais déjà vu la médaille la plus à droite: il s'agit de la médaille
commémorative de la 1e GM. Et la médaille au ruban multicolore au milieu est la Médaille Interalliés. Ces médailles apparaissant en 1920 et 1921, nous voilà avec une nouvelle date.
Ce qui remet en cause aussi l'unité: le seul 309e régiment existant à partir de 1918 est le 309e régiment d'Artillerie hippomobile. On notera que la Croix de Guerre, la médaille la plus à gauche à
2 étoiles, ce qui correspond à une citation à l'ordre de la division.
Si vous avez d'autres éléments, faites nous en part.